QU’EST- CE QUE LE BÉGAIEMENT ?

Le bégaiement est un trouble de la parole. Il est caractérisé par des interruptions dans le rythme de la parole qu’on appelle disfluidités.

« Il n’est jamais trop tard pour intervenir. »

QUELLES SONT LES CAUSES ?

  • Les causes exactes du bégaiement ne sont pas encore connues.
  • Des prédispositions génétiques et des particularités neurologiques pourraient expliquer le bégaiement chez certaines personnes.
  • Le système de production de la parole serait moins « efficace » chez une personne qui bégaie.
  • Une combinaison de plusieurs facteurs contribue à son émergence, son développement et ses impacts. Ces facteurs varient d’une personne à une autre et peuvent être identifiés lors d’une évaluation en orthophonie.

Cependant, il est bien établi que le bégaiement n’est pas causé par :

  • Un trouble émotionnel ou un traumatisme.
  • Un tic nerveux ou de la timidité.
  • Un manque d’intelligence.

QUE FAIT UNE PERSONNE LORSQU’ELLE BÉGAIE ?

  • Elle peut répéter des sons, des syllabes ou des mots.
  • Elle peut essayer de parler, mais les sons ou les mots sont bloqués et ne sortent pas de sa bouche.
  • Elle peut prolonger des sons. Par exemple : ssssssssssalut
  • Elle peut être tendue ou doit fournir un effort pour parler :
    • Clignements des yeux ;
    • Visage tendu ;
    • Mouvements de la tête.
  • Elle peut être consciente de ses disfluidités ou non.
  • Elle sait ce qu’elle veut dire.
  • Elle a besoin de parler à son rythme.
  • Elle veut exprimer un message.

Par ailleurs, il nous arrive tous d’hésiter en parlant à un moment ou à un autre. Le fait de répéter un mot entier ou d’insérer un « euh » peut être considéré comme des hésitations normales. Ce sont le type de disfluidités, leur fréquence, leur durée, le nombre de répétitions et la tension associée qui permettent d’identifier la présence d’un bégaiement.

À propos du bégaiement

  • Les premières manifestations apparaissent généralement chez les enfants âgés de 2 à 5 ans, rarement plus tard.
  • Il peut varier en intensité de léger à très important.
  • Il peut fluctuer dans le temps, et selon les situations vécues, c’est-à-dire que parfois la personne bégaie, parfois non.
  • Il est plus fréquent chez les garçons que chez les filles.
  • Il est présent dans toutes les langues et tous les milieux socioéconomiques.
« Environ 1 % de la population bégaie. »

Des facteurs peuvent amplifier le bégaiement

  • La fatigue ;
  • Les émotions ;
  • Le stress ;
  • Des attitudes de communication inadéquates de la part de l'interlocutrice ou l'interlocuteur ;
  • La pression de devoir se dépêcher.

Chez les jeunes enfants, le bégaiement peut être transitoire

Les impacts du bégaiement

Voici ce qui peut se passer dans la tête d’une personne qui bégaie.

  1. Je pense que si je bégaie, les gens vont s'impatienter.

  2. Cela pourrait m'embarrasser, me gêner ou me frustrer.

  3. Cela commence à me stresser, mon cœur bat plus vite. Je me sens rougir, j'ai chaud, je transpire.

  4. Plus je ressens du stress ou des émotions, plus j'anticipe que je vais bégayer.

Les impacts possibles

  • Je m’isole.
  • J’évite de parler ou je laisse les autres parler à ma place.
  • Je ne saisis pas les opportunités de m’exprimer

Consultation

QUAND

  • Dès qu’une personne ou un parent s'inquiète ou se préoccupe de la fluidité de sa parole ou de celle de son enfant.
  • Dès que les moments de bégaiement deviennent plus fréquents et durent plus longtemps ou qu’il y a présence de tension, de mouvements faciaux ou corporels inhabituels.
  • Dès qu’une personne vit de la frustration ou tend à éviter des situations où elle doit communiquer.

QUI

Les orthophonistes sont les spécialistes qui peuvent informer, évaluer et intervenir auprès des personnes qui présentent un bégaiement et autres problématiques de la parole.

orthophoniste

POURQUOI

  • Pour échanger, s’informer et mieux comprendre, et ce, à tout âge.
  • Pour acquérir une fluidité satisfaisante.
  • Pour désamorcer des comportements de communication nuisibles.
  • Pour outiller la personne qui bégaie et son entourage dans leurs conversations de tous les jours.

Quelles sont les clés d'une conversation réussie ?

Il existe des attitudes et des adaptations simples qui peuvent favoriser l’interaction avec une personne qui bégaie :

  • La patience.
  • Comprendre et accepter que la conversation peut prendre plus de temps à s’amorcer et à se terminer.
  • Prendre le temps d'avoir un échange de qualité.
  • Porter son attention sur le message.
  • Maintenir le contact visuel de manière natuelle.
  • Résister à la tentation de donner des conseils comme : « prends ton temps », « prends une grande respiration », « relaxe », etc. Ces messages ne font qu’ajouter au malaise ou à la frustration de la personne qui bégaie.
  • Attendre la fin du message avant de parler et éviter de terminer les phrases de la personne.
  • Éviter de faire semblant de comprendre si ce n’est pas le cas.

Ce qu'il faut savoir

  • L’intervention précoce, dès le préscolaire, est généralement associée à une évolution favorable. Cependant, il n’est jamais trop tard pour intervenir.
  • Chez l'adolescente, l’adolescent ou l’adulte, les interventions peuvent être plus exigeantes, car des émotions négatives ou des comportements associés peuvent s’être installés.
  • Même si des disfluidités peuvent persister tout au long de la vie, le bégaiement peut bien se vivre.
  • En ayant un entourage sensibilisé au bégaiement et en utilisant des stratégies concrètes, il est possible pour une personne qui bégaie de communiquer avec confiance.
« Le bégaiement peut bien se vivre. »

Stuttering (or fluency disorders)

Les informations qui se trouvent dans la brochure sur le bégaiement (ou trouble de la fluidité) sont également disponibles en anglais.


The information in the Stuttering (or fluency disorders) brochure is also available in English.