Devenir audiologiste

Une profession valorisante !

Être audiologiste, c’est :

  • Pratiquer dans un domaine enrichissant en constante évolution ;
  • Aider des personnes en évaluant leurs besoins dans différentes situations afin de leur fournir des services adaptés et complets qui favorisent leur capacité à entendre, à communiquer, leur autonomie et leur intégration ;
  • Faire une différence dans l’intégration sociale, scolaire ou professionnelle des gens ;
  • Mettre à profit son esprit scientifique et sa créativité ;
  • Avoir la possibilité de travailler dans une variété de milieux, de contextes et avec divers professionnels et intervenants ;
  • S’intéresser aux méfaits du bruit sur l’audition et la santé en participant à la recherche de solutions individuelles et collectives.
« Saviez-vous que 6,1% de la population mondiale vit avec une perte auditive ?  »

Perspectives professionnelles multiples

L’audiologiste peut intervenir auprès de personnes de tout âge, allant des nouveau-nés aux ainés. Il peut agir autant en promotion qu’en prévention, évaluation ou réadaptation des troubles des fonctions de l’audition ou du système vestibulaire. Il peut aussi agir à titre d’expert, de gestionnaire, de formateur, de conseiller, de chercheur, d’enseignant, d’entrepreneur.

 


Divers milieux d’exercices

L’audiologie permet d’œuvrer dans une variété d’établissements du réseau de la santé et des services sociaux, principalement dans les hôpitaux et les centres de réadaptation. Les audiologistes peuvent également exercer dans le secteur privé, dans les universités, dans les centres de recherche ainsi que dans les organismes publics et parapublics.

Dans tous ces milieux de travail, l’audiologiste est amené à collaborer avec divers intervenants et professionnels, comme des audioprothésistes, des éducateurs, des enseignants, des ergothérapeutes, des infirmières, des médecins (principalement les généralistes et les ORL), des organisateurs communautaires, des orthophonistes, des pharmaciens, des physiothérapeutes, des préposés, des psychoéducateurs, des psychologues, des travailleurs sociaux, etc. Sans oublier les plus importants, soit le client et ses proches.

Secteur public

  • Le dépistage et le diagnostic plus tôt de la surdité chez les enfants accentuent les besoins de services en audiologie.
  • Le vieillissement de la population : les besoins des personnes âgées sujettes à des troubles de l’audition, du système vestibulaire et des déséquilibres sont plus nombreux.
  • L’augmentation des travailleurs reconnus avec une surdité professionnelle et ses conséquences sur leur qualité de vie.
  • L’augmentation des taux de survie : Les progrès de la médecine améliorent le taux de survie des bébés prématurés ainsi que des victimes de traumatismes, d’AVC ou survivants d’un cancer qui ont des besoins en audiologie.

Secteur privé

Exercer en cabinet privé permet une plus grande autonomie professionnelle et la gestion de son propre horaire, tout en offrant des services adaptés aux besoins de la population.

Une profession réglementée 

L’audiologie est une profession à titre et à activités réservées. Ceci signifie que nul ne peut utiliser le titre d’audiologiste, ou laisser croire qu’il l’est, s’il n’est pas détenteur d’un permis valide et s’il n’est pas inscrit au tableau de l’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec. Ainsi, c’est l’inscription au tableau des membres de l’Ordre, et non le diplôme, qui donne le droit d’exercer la profession.

Scolarité

Pour obtenir un permis d’exercice et devenir audiologiste, une formation universitaire de 2e cycle universitaire (maîtrise) est requise.  

Au Québec, la maîtrise en audiologie se donne dans 2 universités :

 

Vous avez obtenu votre diplôme dans une institution d’une autre province canadienne ou encore à l’extérieur du pays et souhaitez pratiquer au Québec ?