Les comités

Conformément au Code des professions et à la Politique des comités, l’OOAQ a mis en place plusieurs comités qui contribuent tous à la mission de protection du public.

Comité d’admission

Membres

  • Julie Klein, orthophoniste, présidente
  • Mathieu Hotton, audiologiste, vice-président
  • Philippe Fournier, audiologiste
  • Patrizia Mazzocca, orthophoniste

Membres substituts

  • Anne-Marie Lanoue, orthophoniste
  • Julie McIntyre, orthophoniste
  • Justine Ratelle, audiologiste

Secrétaires

  • Caroline Parent-Legault, orthophoniste, secrétaire
  • Jérémie Duval, secrétaire substitut

Mandats

  • Étudier les dossiers des candidats diplômés à l’étranger et faire les recommandations au conseil d’administration concernant l’équivalence de leur diplôme ou de leur formation.
  • Étudier les dossiers des candidats ne possédant pas de diplôme terminal de 2e cycle en orthophonie ou en audiologie, mais demandant à faire reconnaître équivalente leur formation, à la suite d’études dans le domaine et à une expérience pertinente. Faire les recommandations au conseil d’administration.
  • Étudier les dossiers des candidats, détenant une maîtrise en orthophonie ou en audiologie décernée par une université québécoise ou canadienne, demandant une première admission à l’OOAQ tout en ayant obtenu ce diplôme depuis plus de cinq ans.
  • Étudier les dossiers des candidats demandant une réinscription à l’OOAQ à la suite d’une absence de plus de cinq ans.
  • Tout autre mandat confié par le conseil d’administration de l’OOAQ.

Obtenez plus d’informations sur l’admission.

Conseil d'arbitrage des comptes

Membres

  • Aurélie Desjardins, orthophoniste
  • Joanne Landry, orthophoniste
  • Charles Martin, orthophoniste

Secrétaire

  • Christine Gariépy

Mandat

Composé de trois personnes nommées par le conseil d'administration, le conseil d'arbitrage des comptes a pour fonction d'étudier les demandes d’arbitrage des clientes et des clients des orthophonistes et des audiologistes.

La conciliation et l’arbitrage des comptes sont encadrés par le Règlement sur la procédure de conciliation et d’arbitrage des comptes des membres de l’Ordre professionnel des orthophonistes et audiologistes du Québec.

Comité de la formation

Membres

  • Paul-André Gallant, président de l’Ordre et du comité
  • Jérémie Duval, directrice de la qualité de la pratique, représentante de l'OOAQ
  • Marie-Claude Riopel, représentante du Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur
  • Elin Thordardottir, Université McGill, représentant le BCI
  • Natacha Trudeau, Université de Montréal, représentant le BCI

Invités

  • François Bergeron, Université Laval
  • Dima Safi, Université du Québec à Trois-Rivières
  • Marie-Catherine St-Pierre, Université Laval

Secrétaire

  • Winnie Bagona

Mandat

Le comité de formation est un comité consultatif qui doit : « examiner, dans le respect des compétences respectives et complémentaires de l’Ordre, des établissements d’enseignement universitaire et du ministre de l’Éducation, les questions relatives à la qualité de la formation des orthophonistes et audiologistes. La qualité de la formation s’entend de l’adéquation de la formation aux compétences professionnelles à acquérir pour l’exercice de la profession d’orthophoniste et d’audiologiste. » Le fonctionnement du comité est encadré par le Règlement sur le comité de la formation des orthophonistes et audiologistes du Québec.

 

Comité de révision des plaintes

Membres

  • Marie-Christine Anctil, présidente
  • Valérie Lecavalier, audiologiste, vice-présidente
  • Nicole Boivin, orthophoniste
  • Léa Laurence-Dionne, orthophoniste
  • Margot Duhaime, orthophoniste
  • Maxime Simard, audiologiste

Secrétaire

  • Christine Gariépy

Mandat

Le comité est composé d’au moins trois personnes nommées par le conseil d’administration, dont un président. Au moins une personne est choisie parmi les administrateurs nommés par l’Office des professions ou parmi les membres apparaissant sur la liste de l’Office des professions, tel que stipulé à l’article 78 du Code des professions.

Le comité de révision des plaintes a pour fonction de donner, à toute personne qui le lui demande et qui a demandé au syndic la tenue d’une enquête, un avis relativement à la décision du syndic ou du syndic adjoint de ne pas porter plainte contre un membre de l’Ordre devant le conseil de discipline (art.123.3. Code des professions).

Le comité de révision prend connaissance de l’ensemble du dossier et, s’il le juge nécessaire, entend le demandeur ainsi que le syndic.

Le comité peut en arriver à trois conclusions, soit :

  • conclure qu’il n’y a pas lieu de porter plainte devant le conseil de discipline ;
  • suggérer au syndic de compléter son enquête et de rendre par la suite une nouvelle décision quant à l’opportunité de porter plainte ;
  • conclure qu’il y a lieu de porter plainte devant le conseil de discipline et suggérer la nomination d’un syndic ad hoc qui, après enquête le cas échéant, prend la décision de porter plainte ou non.

De plus, le comité peut suggérer au syndic de référer le dossier au comité d’inspection professionnelle.

Comité de révision des équivalences

Membres

  • Marie-Laure Burté, orthophoniste, présidente
  • Marie Julien, orthophoniste, vice-présidente
  • Ronald Choquette, audiologiste
  • Christine Turgeon, audiologiste

Membres substituts

  • Nada Carlomusto, orthophoniste
  • Jessica Lesage, orthophoniste

Secrétaire

  • Sonia Zouaoui

Mandat

Le mandat du comité est de réviser, à la demande du candidat, tout dossier pour lequel le conseil d’administration ne reconnaît pas d’équivalence de diplôme, de formation ou une demande d’exemption d’un ou plusieurs domaines de pratique en orthophonie dans le cadre de l’ARM France-Québec et de permettre au candidat de présenter ses observations, afin de prendre une décision concernant l’équivalence.

Démarche

Le candidat à qui le conseil d’administration ne reconnaît pas l’équivalence de diplôme, de formation, l’exemption d’un ou plusieurs domaines de pratique en orthophonie dans le cadre de l’ARM France-Québec ou reconnaît en partie l’équivalence de formation, peut en demander la révision dans les trente jours de la réception de la décision du conseil d’administration.

Pour demander une révision de la décision, veuillez compléter le formulaire à cette fin et le faire parvenir à l’attention de la secrétaire de l’Ordre par courriel à secretariatgeneral@ooaq.qc.ca :

  • Révision d’une demande équivalence : Formulaire
  • Révision d’une demande d’exemption dans le cadre de l’ARM : Formulaire

La révision est effectuée dans les soixante jours à compter de la date de la réception de la demande de révision par le comité de révision des équivalences.

Comité d’inspection professionnelle

Membres

  • Valérie Lussier, orthophoniste, présidente
  • Gassia Jakmakjian, audiologiste, vice-présidente
  • Josée Grenier, orthophoniste
  • Manon Martineau, orthophoniste
  • David Mayer, audiologiste

Membres substituts

  • Christine Roberge, audiologiste

Secrétaires

  • Assia Babaci, secrétaire
  • Jérémie Duval, secrétaire substitut

Inspecteurs

  • Marc-Olivier Blackburn, audiologiste
  • Yvon Blais, orthophoniste
  • Marie-Pier Champagne, audiologiste
  • Annie Desharnais, orthophoniste
  • Isabelle Farley, audiologiste
  • Amélie Fournier, orthophoniste
  • Suzanne Lalonde, orthophoniste
  • Daphnée Lalonde-Gauthier, audiologiste
  • Caroline Morin, orthophoniste
  • Marie-Louise Péloquin, orthophoniste

Mandat

Le comité d’inspection professionnelle (CIP) voit à la réalisation du mandat de l’Ordre de surveiller l’exercice de la profession des membres et de procéder aux inspections portant sur la compétence professionnelle des membres.

Le Règlement sur le comité d’inspection professionnelle de l’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec encadre les activités du CIP.

Comité santé-sécurité et mieux-être au travail

Membres

  • Anne-Marie Johnson, chef des services administratifs, responsable
  • Élise Abguéguen, adjointe à la présidence et à la direction générale
  • Annie Desharnais, inspectrice
  • Christine Gariépy, adjointe aux affaires institutionnelles et au secrétariat général
  • Mélanie Sédillot-Jomphe, conseillère en communication

Mandat

Ce comité devra mettre sur pied un programme de prévention. À terme, ce programme, incluant la santé physique et la santé psychique, devra comprendre les éléments ci-dessous.

  • L’identification et l’analyse des risques pouvant toucher la santé des employés.
  • Les priorités d’action permettant d’éliminer ou à défaut, de contrôler ces risques.
  • Les mesures de surveillance pour assurer que les risques identifiés soient contrôlés.
  • L’identification des moyens et d’équipements de protection individuelle répondant aux besoins des employés.
  • Les programmes de formation en matière de santé-sécurité au travail.
  • Le maintien d’un service de premiers soins pour répondre aux urgences.

Comité sur l’accès à l’information et à la protection des renseignements personnels

Membres

  • Maya Raic, directrice générale, présidente
  • Anne-Marie Johnson, chef des services administratifs, responsable de la gestion documentaire
  • James Lapointe, syndic, responsable de la protection des renseignements personnels pour le Bureau du syndic
  • Me Geneviève Pépin, directrice des affaires institutionnelles et secrétaire générale, responsable de la protection des renseignements personnels et de l’accès à l’information

Mandat

Formé en vertu de la Loi modernisant des dispositions législatives en matière de protection des renseignements personnels, ce comité se doit de répondre à plusieurs mandats.

  • Soutenir l’Ordre dans l’exercice de ses responsabilités et dans l’exécution des obligations, imposées par la Loi sur l’accès.
  • Approuver et mettre à jour périodiquement les règles encadrant la gouvernance que l’Ordre doit adopter à l’égard des renseignements personnels.
  • Élaborer un plan de révision des processus de collecte, d’utilisation, de transmission, de conservation et de destruction des renseignements personnels (dresser un état de la situation ou réaliser un audit en gestion de la protection des renseignements personnels, réaliser une analyse comparative entre la situation actuelle et un cadre optimal, identifier et prioriser des pistes optimales pour tenir compte des principes et nouvelles règles, ainsi que des bonnes pratiques).
  • Agir comme équipe de gestion des incidents de confidentialité en appliquant le plan prévu à cet effet.
  • Être consulté dès le début de tout projet d’acquisition, de développement et de refonte d’un système d’information ou de prestation électronique de services impliquant le cycle de vie des renseignements personnels, et suggérer des mesures de protection des renseignements personnels applicables à ce projet.