Il y a un an maintenant, des événements tragiques survenus aux États-Unis ranimaient le débat sur le racisme. Par la suite, au Québec, l’actualité n’a cessé de nous rappeler que la discrimination n’avait rien d’épisodique. Depuis le mois d’août 2020, le Groupe de travail sur la valorisation de la diversité et de la lutte contre le racisme et toutes autres formes de discrimination s’est réuni tous les mois afin de favoriser une plus grande inclusion dans les façons de faire de l’OOAQ. Au cours des dernières semaines, et à la suite d’un travail considérable des membres du groupe de travail, plusieurs actions ont été proposées et sont en processus de réalisation. Je tiens d’ailleurs à les remercier pour leur ouverture et leur travail qui se poursuivra à l’automne.

À cet effet, le conseil d’administration de l’Ordre a adopté, vendredi dernier, un énoncé de position sur le racisme systémique et la discrimination. Ainsi, l’OOAQ est parmi les premiers ordres professionnels au Québec à prendre position publiquement sur cet enjeu de grande importance pour la protection du public.

Dorénavant, il est temps de passer d’une prise de conscience nécessaire à une prise de position tout aussi indispensable ; de transposer ces mots en actions concrètes. Que ce soit par la reconnaissance de biais personnels et professionnels, par de la sensibilisation, mais également par un questionnement continuel sur les gestes porteurs de racisme et de discrimination, et ce, peu importe la clientèle et le milieu de pratique. Du côté de l’Ordre, cela signifie qu’une attention soutenue devra être portée notamment à la formation, au processus d’inspection ainsi qu’aux diverses communications.

La discrimination n’est pas seulement liée à l’origine ou à l’apparence d’une personne, elle existe également pour toute forme de handicap dont les troubles de langage, de parole et d’audition. La diversité est au centre de la communication humaine qui elle est un besoin fondamental et les orthophonistes et audiologistes y jouent un rôle primordial.

Je vous invite à prendre connaissance de l’énoncé de position ci-bas et à réfléchir à la façon dont vous pouvez jouer un rôle dans la lutte contre le racisme et la discrimination dans votre quotidien pour enrayer les inégalités et célébrer la diversité.

Comme la période estivale approche à grands pas, je me permets de vous souhaiter du temps pour recharger vos batteries, pour reprendre une bouffée d’oxygène et célébrer l’espoir qui est à nos portes.

Votre président,

Paul-André Gallant, MBA, M.P.O., orthophoniste

Énoncé de position de l’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec sur le racisme systémique et la discrimination

L’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec reconnaît qu’il existe du racisme systémique qui sévit, au Québec, dans les milieux où œuvrent les orthophonistes et les audiologistes et que son impact ne devrait jamais être ignoré. De plus, nous nous opposons vivement à toute forme de discrimination, et ce, peu importe son origine. Cette équité doit d’ailleurs s’étendre à toute personne qui reçoit des services professionnels; nous adhérons, ce faisant, au principe de Joyce qui vise à garantir aux Autochtones un droit d'accès équitable, sans aucune discrimination, à tous les services sociaux et de santé, ainsi que le droit de jouir du meilleur état possible de santé physique, mentale, émotionnelle et spirituelle.

Les professions d’orthophoniste et d’audiologiste se doivent d’être inclusives par la nature même de leur domaine de pratique. La diversité est au cœur de la communication humaine, car elle enrichit notre regard vers l’autre, notre compréhension du monde et vise le plein épanouissement. Les orthophonistes et audiologistes reconnaissent jouer un rôle essentiel au regard de ce besoin fondamental.

En tant qu’organisation dont la mission première est la protection du public, nous nous engageons à jouer un rôle actif dans la lutte contre le racisme et toutes formes de discrimination, en sensibilisant et en accompagnant nos membres, le personnel et les membres du conseil d’administration vers une responsabilisation et une prise de conscience actives des biais discriminatoires qui engendrent des préjugés. De plus, nous reconnaissons que cet engagement repose sur des processus d’amélioration continue visant à protéger le public de façon durable notamment en matière d’inspection, de formation et de communication.

Enfin, nous incitons fortement nos collègues du système professionnel et les instances gouvernementales à agir rapidement pour assurer des services professionnels exempts de toutes formes de discrimination. L’équité pour l’ensemble de la population est une responsabilité partagée.